Femmes, combattez ou Les Combattantes

Femmes, combattez !

Série de 3 sculptures : socle bois, sculptures en fils métalliques et métaux (peintures métaux et vernis extérieur).
Hauteur des socles rouges : 110 cm – hauteur des sculptures de 25 à 35 cm
Possibilité de les exposer en extérieur. Prix sur demande.

Femmes, combattez !

- Epuisement
- Moments victorieux
- Désespoir
- Bonheurs savourés
- Découragement
- Exaltation éclatant la poitrine
- Echecs

Femmes combattez !

- Demain
- Longtemps
- Eternité

Femmes combattez !

Journées rouges
De l’épée et de la lance ;
Tout en haut vous trônerez.
Femmes, combattez !
Pas d’oubli
Pour celles, violées, meurtries
Outragées, déchirées,
Que le néant a rattrapées.

Femmes, combattez !

Elles, qui furent,
Elles qui sont,
Soyez celles qui seront

- Epuisées, pleines d’entrain
- Désespérées, le cœur joyeux
- Découragées, allant bravement
- Libres, victorieuses.

Femmes, combattez !

Français

Précipices ou quatre possibilités du vide

Précipices ou quatre possibilités du vide

Série de 4 sculptures.

H : environ 50 cm avec socle
Matériaux : socle de bois cimenté.
Sculptures : pâte autodurcissante, ciment, plâtre, sable, tissus noirs avec Powertex et tissu intelligent noir.

Ces sculptures sont non séparables et dans quatre positions différentes. Les tissus noirs vont de la maille la plus large à la plus serrée. Elles sont accompagnées d'un poème.

Actuellement exposées à la galerie A La Croisée des Arts à Auneau
Prix : sur demande

Poème d'accompagnement :

Précipices ou quatre possibilités du vide

Le jour tombe.
J’observe, confuse,
L’encor petit trou obscur
Entrouvert pas malaise.
Plus la lumière baisse
Plus le vide s’ouvre.
Et cet instant qui me happe
Jusqu’à m’empêtrer
Dans des filets collants
Lentement tissés.
– Il faut avoir vécu pour les voir -
Devant le ravin
Fini l’équilibre !
Agenouillée, bancale,
Ciment du corps
Et tête évidés,
Je tends au précipice.
Gouffre magnétique.
Se laisser glisser
Au creux des vagues douces
De ses draps sombres.
Détails de la moire opaque.
Angoisse : tu te dis indéfinissable !
Mais non !
Précise, serrée,
Pas une maille ne manque
A ton treillis de ténèbres.
Dentelle crochetée par une vieille.
C’est la Mort qui a presque fini.
Comme elle a bien travaillé
A l’ouvrage qui étreint ma gorge !
Asphyxiée, au tempo de mon cœur.
Bel abîme de l’insomnie,
Nuit, accueille-moi !
Que je me recroqueville
Dans cette béance sûre.
Ecouter l’accalmie,
Dormir enfin,
C’est bien mieux que vivre !
A cette heure du Monde,
Dors, mon âme.

Français

NYX

Nyx

Sculpture : tissus intelligents, tissus, laines et métaux sur socle de tissus intelligents.
Hauteur : 28cm - 50cm socle compris

Cette sculpture sera exposée au Salon des artistes du Hurepoix dès le 13 mai et au Festival des Carnutes les 28 et 29 juillet 2018 à Luisant (28).

Poème d'accompagnement :

NYX
Nyx, déesse de la
Nuit
Avance.
Un pas pour le repos
Des hommes
Un autre pour les terreurs
Nocturnes de l'enfant.
Bousculant le
Jour,
Elle déchire son
Manteau d'obscurité
Laissant traîner
Les lambeaux polis par les étoiles
Que recueille le Poète.
A la pointe de l'aube
Récolte de charpie
Sillons de la Création
Nyx, Déesse de la
Nuit
J'ai trouvé ton
Empreinte
dans les
Ténèbres immaculées d'un
Nuage.

Anne Delaby

Français

Serie "Linceuls"

Texte d’accompagnement pour Linceuls – 2016 …rue ; … solitude ; … joug ; … ruine(s) ; …grève ; … dérive ; … exil.
Linceuls est une série de sept sculptures en tissus intelligents et matériaux divers, de dimensions 50 cm x 50 cm x 30 cm.
Exposition à la Galerie Les Métamorph’OZes à Valaire (41) jusqu’en novembre 2016 et A la Croisée des Arts à Auneau.
Les tissus intelligents à mémoire de forme sont ordinairement utilisés dans l’industrie, l’aéronautique, l’agriculture … et sont écologiques. Ils sont fabriqués par la société DIATEX qui possède un label : (DIATEX s'engage sur la qualité humano-écologique de ses produits avec la certification Oeko-Tex® Standard 100.). Ils sont ici considérés comme des matériaux artistiques. Chaque sculpture comprend un ou plusieurs personnages et est mise en scène dans un environnement, à mi-chemin entre la sculpture et l’installation. Chacune d’elles est un petit monde de la désolation et de la destruction. Ces œuvres explorent les maux de l’humanité : drame des migrants, réfugiés jetés sur les routes, solitude, guerres, esclavage, pauvreté … Tous les personnages et éléments principaux de la mise en scène sont enveloppés d’un voile blanc, traduction du linceul. Ils sont construits en creux, image du vide et recouverts de bandages, évocation des blessures. L’ensemble est traité en noir et blanc et intègre la symbolique de ces deux couleurs, ce qui créé rythme, contraste et réflexion sur la condition humaine. Le noir et le blanc donnent de plus une impression d’irréalité, d’onirisme par rapport à des sujets malheureusement bien réels. Les bases des environnements sont des plaques de faux-plafond en relief puis retravaillées en matière. Une de ces sculptures (…rue) intègre la photographie d’une de mes toiles Déchirement (technique mixte sur toile) mais détournée en affiche murale issue du Street Art. Par ailleurs, le spectateur doit reconstituer les titres qui se présentent sous la forme de trois petits points et d’un mot, il a ainsi la possibilité de trouver un mot, une expression qui puissent compléter ce titre selon sa sensibilité, ses références et de s’interroger … Enfin, ces sept sculptures jouent sur l’antagonisme entre noir et blanc, plein et vide, opacité et transparence, authentique et fantomatique tout en restant unifiées par le format, les matériaux comme par la contemplation du désastre.

Disponibles sur demande

Français